Spondylarthrite ankylosante

Chronique, progressive, douloureuse

La spondylarthrite ankylosante (SA) est une forme chronique, progressive et douloureuse d’arthrite inflammatoire touchant principalement la colonne vertébrale et les articulations sacro-iliaques (les articulations où la colonne s’attache au bassin). Elle peut aussi affecter d’autres articulations, tendons et ligaments.

Ankylosant signifie raidissement et fusion alors que spondylite signifie inflammation de la colonne vertébrale. La spondylite ankylosante décrit la condition où certaines articulations et vertèbres de la colonne fusionnent ensemble à cause de l’inflammation.

Symptômes de la spondylarthrite ankylosante

  • De la douleur au bas du dos ou au fessier qui commence lentement et graduellement pendant des semaines ou des mois plutôt que soudainement
  • De la raideur ou douleur tôt le matin qui se dissipe avec les mouvements de la journée
  • Mal de dos persistant qui dure plus de trois mois
  • Se sentir mieux après l’activité physique et pire après le repos, particulièrement la nuit
  • Fatigue et épuisement
  • Baisse d’appétit, perte de poids
  • Fièvre légère, particulièrement dans les premiers stades
  • Douleur sourde et persistante sur un ou les deux côtés du corps.
  • Douleur qui débute dans une articulation périphérique ou s’y propage.
  • Iritis ou uvéite (inflammation des yeux)
  • Inflammation de l’intestin associée avec la maladie de Crohn ou colite ulcéreuse

Ce ne sont pas tous les patients qui auront tous ces symptômes car l’évolution de la spondylarthrite ankylosante varie grandement d’un individu à l’autre. Environ 30 à 40% des personnes atteintes de SA auront une uvéite antérieure (aussi nommée iritis), soit l’inflammation de la couche médiane de l’oeil. De plus, environ 10% des patients atteints de SA développeront une maladie inflammatoire de l’intestin (MII). Il y a des manifestations extra-articulaires de la SA qui peuvent se présenter ou pas.

Pour en savoir plus

Pour avoir plus d’information sur les manifestations extra-articulaires (MEA) de la spondylarthrite ankylosante, lire l’article du Dr Dinny Wallis, MBChB.

Diagnostic de la spondylarthrite ankylosante

Si vous avez 45 ans ou moins et avez de la douleur persistante au dos depuis plus de trois mois, c’est possible que vous ayez un mal de dos inflammatoire plutôt que mécanique. Ils sont difficiles à différencier, spécialement dans les premiers stades du mal de dos inflammatoire et particulièrement parce que le mal de dos est un des malaises les plus souvent rapportés chez les médecins de famille.

Habituellement, une consultation avec un rhumatologue est nécessaire pour poser un diagnostic. Il n’y a pas un seul test définitif pour la SA ni pour les autres types de spondylarthrites. Le rhumatologue procèdera à un examen physique complet, notera les antécédents médicaux, incluant tout antécédent familial de SA, prescrira des analyses sanguines, incluant un test pour le gène HLA-B27, ainsi que des radiographies.

Autrefois, un diagnostic de SA était confirmé par la présence de sacro-iliite (sclérose et érosion des articulations sacro-iliaques) sur des radiographies. De plus, l’examen physique aurait révélé tout site d’inflammation et de limitation dans la mobilité de la colonne vertébrale. Finalement, les antécédents médicaux auraient révélé si des symptômes énumérés plus haut étaient présents. Tous ces symptômes et informations mèneraient vers un diagnostic éclairé de SA. La présence du gène HLA-B27 augmente la probabilité d’un diagnostic de SA mais seulement 2 à 4% de tous les individus porteurs du gène HLA-B27 développent la SA.

Une des difficultés de diagnostic est de trouver la radiographie confirmative, puisque les lésions aux articulations sacro-iliaques n’apparaissent pas sur les radiographies initialement. L’interprétation des articulations sacro-iliaques s’avère difficile et des indices de sacro-iliite peuvent facilement passer inaperçus. Conséquemment, de nombreuses personnes durent attendre plusieurs années avant de recevoir un diagnostic. Il n’est pas rare d’entendre que des personnes ont souffert 10 voire 20 ans avant d’être correctement diagnostiquées. Même aujourd’hui, environ la moitié des personnes avec SA ont attendu 5 ans ou plus pour recevoir leur diagnostic.

Prise en charge

Pour en savoir plus sur la prise en charge de la spondylarthrite ankylosante (SA).