fbpx

Dr. Daphna Gladman

Dafna D. Gladman, MD, FRCPC est professeure de médecine à l’Université de Toronto. Elle a étudié en médecine interne et rhumatologie à l’Université de Toronto et a suivi une formation au niveau supérieur en typage HLA au Tissue Typing Laboratory (Laboratoire de groupage tissulaire) de UCLA. Le Dr Gladman est médecin en chef à l’Hôpital Western de Toronto depuis 1995. Elle est directrice adjointe du Centre d’études de pronostic pour les maladies rhumatismales et directrice concomitante du Laboratoire HLA à l’Hôpital Western de Toronto/ Réseau universitaire de santé, ainsi que directrice du Programme de rhumatisme psoriasique et co-directrice de la Clinique de lupus de l’Université de Toronto. Elle est chercheuse principale au Toronto Western Research Institute dans la section des résultats et de la santé des populations.

Le programme de recherche du Dr Gladman comprend des recherches cliniques et de laboratoire.Le programme de recherche clinique a commencé avec la création de la clinique de rhumatisme psoriasique (RP) en 1978 et est la plus grande cohorte d’observation longitudinale de RP dans le monde. Pour cette cohorte, les caractéristiques cliniques, les outils d’évaluation, les mesures de résultats et les pronostics ont été décrits. Les observations ont changé l’approche aux patients aux prises avec le RP. Le programme de recherche en laboratoire implique des études génétiques sur les maladies rhumatismales (arthrite rhumatoïde, rhumatisme psoriasique, lupus systémique, sclérodermie et vascularite). Initialement, cette recherche impliquait les marqueurs HLA et plus récemment d’autres gènes. Ces études ont abouti à la découverte récente d’un nouveau gène associé au RP. Elle a ensuite créé un groupe international pour la recherche et l’évaluation du psoriasis et du rhumatisme psoriasique (Group for the Research and Assessment of Psoriasis and Psoriatic Arthritis, GRAPPA). Ce groupe élabore des critères de classification, des instruments d’évaluation et des lignes directrices pour le traitement du RP. Ses recherches ont été soutenues par la Société de l’arthrite, les Instituts de recherche en santé du Canada et la Fondation Krembil.

En 2007, le Dr Gladman a créé le groupe international de recherche sur le psoriasis et l’arthrite(International Psoriasis and Arthritis Research Team, IPART). IPART est la convergence de chercheurs expérimentés et accomplis en dermatologie et rhumatologie travaillant ensemble pour étudier la biologie du psoriasis et du RP, qui sont des maladies à médiation immunitaire/auto-immunes. IPART est le récipiendaire de la subvention pour les équipes en voie de formation (New Emerging Team, NET) du IRSC qui a fourni le financement de base d’IPART pour ses 5 premières années d’opération. Le thème principal du projet est la base biologique du psoriasis et du RP, en mettant l’accent sur la prédiction de l’apparition de la maladie et la sévérité du RP en utilisant des variables cliniques, des biomarqueurs et la génétique. L’identification de ces déterminants peut contribuer à une connaissance accrue de la biologie du RP et du psoriasis et peut conduire à des thérapies plus efficaces.

Le Dr Gladman a rejoint le programme Lupus en 1976 et avec le Dr Murray Urowitz a étudié le lupus érythémateux systémique (SLE) décrivant de nouvelles caractéristiques cliniques, des outils de mesure du développement et définissant les résultats et les facteurs pronostiques de cette maladie. En 1987, le Dr Gladman a créé le SLICC (Systemic Lupus International Collaborating Clinics) et l’a présidé pendant 10 ans. Le Groupe SLICC a développé un indice de dommages pour le lupus, des mesures d’activité validées qui ont permis l’évaluation standardisée du SLE.

Le Dr Gladman est co-chercheuse principale du Consortium de recherche sur la spondylarthrite du Canada (SPARCC), un programme de recherche sur les spondylarthropathies et est le premier récipiendaire du prix de la National Research Initiative (NRI) pour la Société de l’arthrite. L’objectif principal du programme SPARCC est d’améliorer considérablement les résultats pour les Canadiens atteints de RP. Cette recherche évaluera également l’importance du diagnostic et traitement précoces.