fbpx

Le récit de Marysse - Jeune Adulte

Maryssa a été diagnostiquée à l’âge de 11 ans avec l’arthrite juvénile idiopathique et l’arthrite avec enthésite.

Ma vie avec l’arthrite a commencé à l’âge de 2 ans seulement. Des éruptions cutanées au hasard se sont transformées en douleurs articulaires inexplicables et en fatigue. Après de nombreux rendez-vous médicaux au fil des ans, une spécialiste du Hospital for Sick Children m’a (enfin) diagnostiquée à l’âge de 11 ans avec l’arthrite juvénile idiopathique et l’arthrite avec enthésite. Essentiellement, j’avais une « maladie de vieillard »… en tant qu’enfant ! Je me suis vite rendu compte que ce n’était que le début d’une longue et douloureuse évolution, mais qui a été positive malgré tout.

This image has an empty alt attribute; its file name is headshot_graduation-1.jpg
Maryssa considère que sa plus grande réussite est un baccalauréat en arts.


Malgré les nombreux défis auxquels j’ai dû faire face, je suis fière de dire que je suis venue à bout de surmonter la douleur quotidienne, et ce, grâce à des traitements, à la physiothérapie, à des adaptations en salle de classe et à des groupes de soutien. Ce n’était pas facile, mais je me disais que je n’avais pas le choix ; j’étais décidée à ne pas laisser cette maladie m’empêcher de faire ce que feraient un enfant et un jeune adulte « normal ». Pour ce faire, je suis restée active dans plusieurs sports et activités. Je suis restée également très concentrée à l’école. Ma plus grande réalisation jusqu’à présent est l’obtention de mon baccalauréat ès arts en juin dernier. J’ai obtenu une majeure en Études françaises et une double mineure en mathématiques et en sciences religieuses de l’Université Laurentienne à Sudbury. J’ai également reçu mon diplôme avec distinction Magna Cum Laude pour ma moyenne pondérée cumulative de 9,65, ce qui m’a permis de recevoir des bourses d’études. Présentement, j’étudie pour devenir enseignante. Dans ma future carrière, si jamais un enfant avec un handicap physique s’assoit dans un de mes bancs, j’espère pouvoir faire une différence dans sa vie en comprenant le poids de ce qu’il vit et surtout comment l’aider. 


Bien que j’aie toujours refusé de laisser mon diagnostic m’empêcher de faire quoi que ce soit, j’avoue que j’ai eu de nombreux obstacles à surmonter dans ma vie de jeune adulte. Le plus remarquable de tous : convaincre tout le monde que mon diagnostic était réel et que la douleur que je ressentais était réelle. C’est en silence que j’ai souffert de cette maladie invisible. À vrai dire, j’ai passé une grande partie de ma vie à essayer de prouver à mes enseignants, à mes entraîneurs et même à mes amis que les enfants pouvaient souffrir d’arthrite eux aussi et que j’avais besoin de mesures d’adaptation afin d’avoir les mêmes chances que mes pairs. C’est la raison pour laquelle je crois que la sensibilisation à l’arthrite est très importante.

This image has an empty alt attribute; its file name is Maryssa3-683x1024.jpg

Certes, c’est grâce à mon expérience avec l’arthrite que je suis devenue une personne forte et persévérante. Cependant, aucun enfant ou jeune adulte atteint d’arthrite ne devrait vivre sans le soutien des personnes qui l’entourent. Pour tout dire, une plus grande sensibilisation à l’arthrite chez les jeunes adultes est essentielle afin de vaincre les idées fausses et les préjugés qui lui sont attribués.